Âne « ramôr »

Dans la Bible,

l’âne est un animal très apprécié, contrairement à ce qu’on pense de lui dans des pays comme la France. Il est cité plus de 130 fois dans la Bible. L’âne mange de l’herbe, est plutôt gris, marron ou blanc, porte une croix sur le dos (ça me fait penser à quelqu’un d’autre). Il a une tête assez grosse et une crinière à poils dressés. Il pèse environ 250 kg. L’âne domestique est obstiné parfois, mais fort, patient, peu rancunier, endurant, facile à nourrir (il mange des épines, des chardons). Il boit peu et transpire peu, il résiste au soleil. Il peut marcher toute une journée, porter des charges, tourner la meule. Contrairement au cheval il ne craint ni les montées ni les descentes dans les rochers, grâce à la forme de son sabot (creux en-dessous, aigu sur le côté). Monter sur un âne est un honneur. Jésus arrive à Jérusalem sur un ânon (Mt 21,5). Malgré tant de services rendus, l’âne est un animal impur. La suprême malédiction est d’avoir la sépulture d’un âne, c’est-à-dire être jeté dans la fosse commune. L’âne est présenté comme le symbole de la fidélité, de la reconnaissance et de l’humilité. À la naissance de Jésus, rien ne dit qu’il y avait un bœuf et un âne dans la grotte. On trouve une prophétie dans Isaïe qui dit « le bœuf connaît son possesseur et l’âne la crèche de son maître » (Is 1,3). C’est de là qu’on a associé ces deux animaux.

Dans la BD,

On voit un âne à la page 18.

GAT18-04-Lapinbleuil est dans une étable qui ressemble beaucoup à celle de « Nuit blanche à Bethléem ». Il nous dit que c’était son grand-père, l’âne de « nuit blanche à Bethléem ». Par contre, l’âne ne ressemble pas à son grand-père. Celui-ci est plutôt calme, à l’écoute. C’est un âne sportif, qui a une casquette dont le logo ressemble à celui de l’USAP (Le rugby, à Perpignan). D’ailleurs ce n’est pas pour rien qu’il s’appelle Cata, l’âne… Petit clin d’œil à la Catalogne d’adoption.

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.