Présentation d’Elvine vue par Mel
* Version sérieuse 
Auteurs Elvine GATElvine, née en 1979, mariée, 2 enfants, colore ses dessins comme elle colore sa vie, c’est-à-dire avec les couleurs de la bonne humeur ! Barbouillant à la maternelle, gribouillant au primaire, dessinant au collège, croquant au lycée, et mixant le tout et bien plus encore lors de ses études dans la prestigieuse école Emile Cohl, elle a su créer son propre style pour la plus grande joie de nos mirettes. Artiste polyvalente (dont vous retrouverez les oeuvres ici : http://elvine.ultra-book.com), sa palette de compétences s’étend de la sculpture en capsules de café aux fresques murales en passant par les croquis de sa vie quotidienne que vous pourrez retrouver sur son blog (http://le-blog-mdr.blogspot.fr), les dessins de presse, l’illustration de livres pour enfants et/ou adultes, la conception de dessins animés ou la réalisation de toiles engagées.
Natures vivantes, ou un peu plus mortes, portraits ou paysages, troubichoupette à pignons ou spigouflass à vis, Elvine pourra tout vous dessiner, il suffit de le lui demander !
* version plus déjantée 
Elvine, 36 ans, a découvert les joies de la peinture depuis son plus jeune âge, lorsqu’elle s’entraînait à peindre les murs de la cuisine à la fourchette à purée. Stimulée par son entourage qui voyait en elle la future Picasso (picassiette, au féminin) de la peinture murale, elle troqua pour notre plus grande joie le pinceau à la fourchette. S’incrustant avec la pugnacité d’une tâche de peinture acrylique dans à peu près tous les domaines touchant aux dessins (bandes dessinées, tableaux, fresques murales, bricolage de meubles en carton, dessins de presse), elle utilise comme source d’inspiration ou comme matériau (en fonction de ses envies, et de la proximité d’une cave ou d’un magasin Emmaüs) à peu près tout ce qui lui tombe sous la main. Ne laissez jamais traîner vos boutons, boulons et autres bouchons sous peine de les retrouver dans un livre. Elvine saura transformer le plus pourri des greniers en oeuvre artistique en moins de temps qu’il n’en faut pour l’écr… eh ! Non, ne touche pas à mon bureau, Elvine. Non, reviens ici, je… aaaaaaargh… trop tard !
* version plus poétique
Elvine, née à Graz (Autriche) en 1979, garde de son pays d’origine une allergie au froid (si, si !) qui a eu pour conséquence indirecte de lui faire préférer les tons chauds et les couleurs chaleureuses dans ses dessins. S’entourant de matériaux divers, elle donne une seconde vie à tous les objets délaissés par la société, rappelant ainsi à chacun son rôle citoyen envers le prochain.  (heuuu… j’abuse un peu là, pardon !)
Transformant sous son pinceau chaque hiver en été, chaque automne en printemps sans cesse renouvelé (ça veut rien dire, mon truc), Elvine nous comte le quotidien comme un rêve éveillé, transformant l’événement le plus anodin en une nouvelle chance pour le lendemain (ça ne veut définitivement rien dire).
* version kitchissime (et un rien péteuse)
Valse de couleurs et rondes de formes, Elvine enchante nos yeux par ses dessins lumineux ! Une touche d’originalité, une pincée de bonne humeur, un frisson de génie traversent chacune de ses oeuvres et créent chez celui qui veut bien s’y attarder l’impression d’avoir assisté à un de ces grands moments qui bouleversent une vie ! Alors abandonnez votre vie terne pour rejoindre le monde multicolore d’Elvine !
* version médicale
Vous avez entre vos mains une boîte d’Elvinax 500, médicament préconisé en cas d’humeur morose, de sinistrose, ou de jenevoispaslavieenrose.
Posologie : un dessin le matin, un croquis à midi, et une oeuvre d’art le soir, à renouveler jusqu’au recouvrement de la bonne humeur minimale requise pour apprécier le quotidien.
Composition de ce médicament : croquis, dessins de presse, blogs, illustrations de livres pour enfants, fresques murales, tableaux, bandes dessinées et autres substances que l’on peut retrouver dans cette notice : http://elvine.ultra-book.com.
Effets secondaires : médicament hautement addictif, provque un goût de reviens-y difficile à calmer. Dans des cas extrêmes, invite le patient à la création, et au développement de ses talents artistiques.
Dans quel cas ne pas prendre ce médicament : Inutile si vous êtes sur la station Mir sans Internet, et très risqué si vous êtes dans un sous-marin sans crayon à dessin.

 

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *