Jn 19,40

Ils prirent donc le corps de Jésus, qu’ils lièrent de linges, en employant les aromates selon la coutume juive d’ensevelir les morts.

Voici une autre de mes images préférées. Joseph et Nicodème embaument le corps de Jésus avec un respect infini et une grande tendresse. Quel contraste entre un Joseph dont le corps est massif et sa façon de dérouler les bandages du bout de ses doigts.

Dans le tombeau, il y a la pierre où repose Jésus et qui servait à préparer le corps. On déposait ensuite le corps dans une autre pièce qui pouvait ressembler à un four, comme si on enfournait une planche à pain. Mais si j’avais dessiné cet orifice, on n’aurait pas compris visuellement ce que c’était. J’ai donc dessiné une sorte d’alcôve derrière, à gauche, où on dépose le corps.

Complétons ce passage avec deux versets tirés du cantique des cantiques :

Ct 1,3

Délice, l’odeur de tes parfums ; ton nom, un parfum qui s’épanche : ainsi t’aiment les jeunes filles !

Ct 3,6-7

Qu’est-ce là qui monte du désert comme une colonne de fumée odorante d’encens et de myrrhe, de tous les aromates des marchands ? C’est la litière de Salomon ! 

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *