Combien y a t-il de pression dans un bar ?
Ca dépend si c’est dans un pub ou un ballon gonflable…
1 Rois 3,5. 7-12
 Psaume 118
Romains 8,28-30
Matthieu 13,44-52
ATO17Lapinbleu825C-Rm8_28 - Copie

Pour aller plus loin

Détails
-Ces deux lapins ont tous deux une épreuve. Celui de gauche la refuse, celui de droite l’accepte, même si c’est avec des larmes.
-De chauqe côté de l’image, il y a un escalier avec un marchepied. Le lapin de gauche ne voit que son épreuve, il a le nez dessus. Celui de droite regarde plus loin que son épreuve. Il la considère même comme une aide pour aller plus loin. Son but : mieux connaître Dieu.
Questions
-La vie nous réserve bien des épreuves. Quelques fois, nous en sortons tout cabossés, comme après un match de boxe où on aurait encaissé une multitude de coups. L’épreuve, on ne la choisit pas. Lorsqu’elle est là, soit on la refuse (et on a deux fois plus mal car on ne voit qu’elle), soit on l’accueille comme un tremplin pour gravir la marche suivante.
-Si on ne peut rien faire d’autre que « subir » l’épreuve car elle est là et le restera peut-être, on peut « choisir » de quelle manière on va l’affronter, car c’est de l’ordre du mental et de la décision.
Croire que Dieu fait tout contribuer à mon bien, c’est d’abord croire qu’il est Dieu et qu’il sait mieux que moi quel pourrait être ce ballon qui me permettrait d’accéder à lui.
-Quelle est l’épreuve qui m’a fait avancer dans ma foi, dans mon chemin vers Dieu, vers l’autre ?
-Quelle est l’épreuve que je refuse de choisir comme faisant partie de ma vie (et qui risque de me plomber tant que je ne décide pas qu’elle fasse partie de ma vie) ?
FacebookTwitterGoogle+PinterestPartager

3 commentaires

  1. béa-titude

    J’ai écris en premier mot « je croix » c’est tout moi !

    Répondre
  2. béa-titude

    C’est étrange je croix pour moi qu’à chaque fois c’est la même épreuve, celle qui me fait avancer et que pour partie je refuse…
    Il y a des choses en son sein qui me portent et d’autres qui me plombent, un peu comme le bon grain et l’ivraie tressés ensemble.
    Dieu sait, n’éprouve pas au delà de nos possibles, nous est plus que jamais présent dans nos douleurs , « c’est sa croix qui nous porte,ce n’est pas nous qui la portons… »
    Des paroles qui tentent d’expliquer l’indicible, l’inexplicable que je peux me faire à moi-même mais surtout pas à celui qui souffre, juste silence et écoute et peut-être un jour viendra le temps des questions où je pourrai proposer des pistes ou mon vécu … Juste la présence, la disponibilité…Ne dit-on pas le scandale de la mort sur la croix, le mal n’est-il pas par essence in-sensé ?
    Je suis sur un livre, un peu sur plusieurs en fait sur ces questions…je découvre… et quand j’aurai fini, je tâcherai de dire , résumer les pistes possibles, nouvelles à explorer…
    Dieu au coeur du mal, de nos épreuves…fait jaillir des petits anges consolateurs…Ceux-là je le sais trop de douleurs peuvent nous les faire rater mais ils attendent leur heure pour nous bénir ( faire du bien) et demeurent sur nos chemins escarpés.

    Répondre
  3. Marie-Ange

    Comme il me parle, ce dessin !!!
    J’aimerais tellement avoir la force de faire de l’épreuve un marchepied vers le Ciel…

    Répondre

Répondre à béa-titude Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *