3 commentaires

  1. Marie-Ange

    Comme Béa j’aime bien avoir quelques pistes pour guider ma méditation. Enfin, un petit effort de réflexion perso ne peut qu’être salutaire !

    Je le trouve bien difficile ce texte de saint Matthieu. Pas forcément compliqué à comprendre mais ardu à mettre en pratique. Jésus parle à ses Apôtres mais il me semble que c’est un peu comme s’il s’adressait à moi. Comme si aujourd’hui il me demandait de le mettre, dans tous les actes de ma vie, à la première place, tout en me prévenant que ce sera difficile : « celui qui ne prend pas sa croix et ne me suit pas n’est pas digne de moi. »
    Finalement, quelle place et combien de temps est ce que, jour après jour, j’accorde au Seigneur ? Est-ce que je le laisse guider mes choix ? Est-ce que je m’enferme dans ma maison comme dame tortu au lieu d’ouvrir les bras ?…

    Répondre
  2. béa-titude

    C’est moins simple quand il n’y a pas un topo de cheminement, piste de réflexion du lapin bleu…:-)
    Il y a cette notion d’accueil, de recevoir…pas de prendre, d’exiger , de consommer…Accueillir ça vient de cueillir, cueillir vers, en retour…
    Dans la cueillette il y a l’arbre distinct du cueilleur, avec ses racines au sol et sous-sol, sa tête dans le ciel et son besoin d’oxygène, de soleil, d’air de pluie…Tout ce que donne la nature ou la Providence pour sa croissance…
    Le fruit après la fleur…qui porte en lui la nourriture et la transmission, parfois le noyeau deu recommencement…
    Ad-cueillir c’est comprendre que tout ne vient pas de soi , qu’il y a des choses, des personnes, des événements donnés qui se présentent à nous et dont on peut tirer une bien-être un enseignement, apprendre, une vérité…
    Il y a une forme de disponibilité , d’ouverture à recevoir ce qui ou qui se présente parfois comme une surprise , qu’elle paraisse belle, légère ou plus prégnante…
    Il y a ce que je prévois, organise, prépare construit et ce chemin que je n’avais pas vu qui se découvre au fur et à mesure que j’avance …
    Ce sont des dons, de soi ou pour soi…dont on ne perçoit pas toujours le sens surtout si on y cherche « l’intérêt » le rentable, l’avantage en premier…
    Alors oui cet accueil se passe au niveau de ma carapace, de mon armure, de mes protections , de ce que j’ai mis en place pour rester entre moi et moi-même, dans le prévisible de ce que je crois connaître de moi…
    Cela me coupe dans mon élan, stop, pause, Dieu m’invite, s’invite…dans ce temps qui va trop vite même au niveau d’une tortue…il s’invite chez moi dans ma maison au plus près de mon être, de ma niche, de mon foyer, IL demande une place comme dans la salle commune le jour de sa naissance…
    Mieux que je lui fasse la place et même la première place…avant tous ceux que je pense aimer le plus fort, devant…
    Non pour fuir mes prochains mais pour les voir comme des enfants de ce Dieu qui m’attend et m’espère tellement…
    Alors je gage qu’une fois le Lapin Divin entré à l’étroit de mes préjugés la carapace extensible va élargir mon espace de vie, d’amour…et qui sait peut-être même que la tortue que je suis osera quitter sa maison d’écailles pour tenter l’aventure plus légère de son parcours, parce que le poids qu’elle porte sur le dos sera emporté par Celui qui sera venu l’habiter ?

    Répondre
  3. Marie-Jean

    Comme cela tombe bien en cette période de fin d’année hyper-chargée ! Reste-t-il de la place pour le Seigneur au milieu des fêtes diverses, des dernières réunions, des séparations et des préparations de vacances ? A moins qu’on Le mette au centre de tout cela…

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *