1ère Lecture : Isaïe 45,1. 4-6

Psaume 95

2ème Lecture : 1 Thessaloniciens 1,1-8 

Evangile : Matthieu 22,15-21

 ATO29Lapinbleu846C-Ps95_8

 

Pour aller plus loin

Détails

-Il n’y a pas vraiment de détails sur ce dessin. Le message est clair : le lapin s’offre lui-même. L’offrande la plus belle qu’on puisse faire à Dieu n’est pas une chose mais s’offrir soi-même.

-L’offrande, ici, est totale : le lapin est tout entier dans la boîte, il s’offre tout entier dans sa parole, et sa parole colle toute entière à ses actes puisqu’il est tendu de tout son être en avant.

 

Questions

-La définition d’une offrande est d’abord « un don que l’on fait à Dieu ».

C’est un peu curieux, car c’est plutôt Dieu qui nous donne tout…

-A la messe, le moment de l’ « offertoire » est celui où le prêtre offre à Dieu le pain, « fruit de la terre et du travail de l’Homme ». Dieu sanctifiera ce présent pour qu’il devienne son corps. Ce qui est un peu fou, c’est qu’il a choisi d’avoir besoin de notre travail pour se rendre présent.

-L’offertoire est le moment de la quête, où l’on offre à l’Eglise une part de son salaire ou de ses ressources. Durant ce moment, on peut aussi prendre un point de l’homélie du prêtre pour se remettre en question et décider d’offrir autre chose de soi durant la semaine à venir ; offrir de son temps, offrir de sa compétence, offrir de sa prière.

Quelle que soit notre vie, on a toujours quelque chose à offrir. On peut se croire mauvais, mais tout n’est pas mauvais. En offrant quelque chose de soi, chaque chrétien devient offrande (comme ce lapin). Dans la prière eucharistique n°3, le prêtre invoque l’Esprit Saint sur l’assemblée en disant « que l’Esprit Saint fasse de nous une éternelle offrande à ta gloire ». Si on prend le temps de l’offertoire pour réfléchir à la manière dont on va être offrande dans la semaine à venir, on pourra accueillir l’Esprit-Saint à ce moment-là d’une façon renouvelée, pour qu’il sanctifie notre désir et la fidélité à accomplir notre décision.

FacebookTwitterGoogle+PinterestPartager

3 commentaires

  1. béa-titude

    « Durant ce moment, on peut aussi prendre un point de l’homélie du prêtre pour se remettre en question et décider d’offrir autre chose de soi durant la semaine à venir ; offrir de son temps, offrir de sa compétence, offrir de sa prière. »
    Merci pour cette piste de « travail » lumineux lapin bleu…
    Souvent je me dis que la quête faite à ce moment-là de la messe perturbe cette réflexion-prière d’ouverture et de don, en communion à l’eucharistie.
    On cherche ses sous …et on se recolle à la liturgie cahin-caha ..
    Je sais que notre petite offrande financière fait la réponse-le pendant avec l’offrande que le Christ nous fait (qui elle est sans mesure) mais le moment semble pourtant assez sacré pour ne pas être un peu pollué par ces préoccupations…
    Je sais que certains y aiment un silence , moi la musique-chant me permet de redescendre et de monter en prière, d’avancer dans cette intériorité, espace réservé et centré où l’écoute et l’accueil sont possibles.
    Le mieux est donc pour moi d’anticiper un peu, de prévoir la somme dans sa poche rapidement accessible pour se débarrasser de cette question rapidement…et se re-concentrer sur le moment coeur de notre messe.
    Cela me gêne pourtant cette digression. Plus jeune, c’était l’accès défoulement , on pouvait gigoter sur sa chaise, chuchoter qu’on n’avait pas sa pièce ou moins grosse que celle du voisin-fratrie qui lui avait le billet,…tendre la main aux parents derrière, s’appliquer à attendre le panier, tout fier d’un gain offert qui ne nous coûtait rien…
    Désormais j’aspire à autre chose…

    Revenant d’un WE en silence
    ( Une première pour la pipelette que je suis, eh oui ! mission pas impossible finalement :-) ) dans une abbaye cistercienne, pause nécessaire au discernement actuel des événements, j’ai observé que que la quête n’était pas faite à ce moment-là…que ce temps de préparation au Don pouvait pleinement se vivre…j’ai savouré…
    Cadeau, gratuité, don, Amour Total jusqu’au bout de soi-même, de tout, offrande…
    Tout aux antipodes de notre rentabilité pesée, calculée, jugée, exigée…
    Or nous voilà, justement, dans le domaine où l’on ne compte pas, de l’Amour sans mesure, démesuré…inestimable…
    Et nous avons aussi à entendre et cibler la petite part de notre contribution à cette oeuvre d’Amour à faire…
    Nous donner …
    J’ai pris conscience de ce don dans la radicalité de la vocation de ces priants « reclus  » dont le chemin de vie pourrait semblé si « perdu », gâché, aux yeux d’un monde pressé, de paraître,bruyant, qui consomme jusqu’à une pensée qui ne lui est presque plus propre et qui a perdu son intériorité, qui a perdu sa vocation à se trouver et à faire sens…
    Ils sont là, silencieusement offerts, dans une prière parfois de nuit quand tout dort ( Cela va m’apaiser d’y penser les rares insomnies nocturnes où l’on sent le poids de la solitude face aux sommeils des autres…Non, il y a en ce monde vers 4h des êtres qui prient et le, nous confie au Père Tout-Aimant et qui savent que le Bien a déjà vaincu…
    Beau cadeau ignoré souvent de nos vies toujours dans l’urgence d’agir…
    Ils ont fait cadeau, invisible et visible si l’on, si attarde un peu, d’eux-même, d’eux-m’aime, Dieu m’aime ?, en toute simplicité, sans ostentation…
    Retirés du monde mais pleinement connectés à nos âmes et à ce Souffle dont ils respirent l’appel et la Présence….
    Cela nous renvoie au cadeau que nous sommes et à la Personne à Qui nous pouvons l’offrir…
    « Aime ton prochain comme toi-même », et « Aimez-vous les uns les autres COMME JE vous ai aimé »… »COMME nous pardonnons à ceux qui… » Le fil se tient…
    S’aimer, non dans un ego exacerbé où tout est dû et exigé et plus encore, mais comme on se reçoit de plus loin, de plus profond, de plus Fort, Beau que soi…
    Première étape avant de penser s’offrir : Non pas suis-je un cadeau, assez beau ….pour être offrande ?
    Mais accepter d’emblée cette vocation de lumière, de sel, d’enfant de Dieu , avant même que l’on naisse déjà aimé…
    déjà porté dans le sein de Dieu, déjà connu par-Lui parfaitement, totalement embrassé…Ouahouh !!!!!
    Pas un cheveu de notre tête perdu même pour les chauves et les rasés :-) , comme si aucune chute n’était possible le regard porté vers l’Indicible révélé en son Fils…
    J’aime tout dans ce dessin : La joie, l’empressement, le mouvement bondissant comme le Bien-Aimé qui « accourt vers Lui et saute les montagnes, c’est Lui le Seigneur! « , le paquet tendrement fait, le ruban rouge aux reflets blancs, le sang du baptême ?, la patte levée déjà jaillissante de la boite et prête à sortir de la case toute faite où l’on voudrait l’enfermer…
    J’aime parce que si je ne suis pas toujours convaincue d’être un cadeau, Lui le Sait…Lui a ouvert la porte du Don et IL m’espère, bras grands-ouverts;
    Quand je pense ne compter pour rien, ne pas valoir grand-chose, ne pas savoir si j’ose, si je suis en progression, en fuite , en démission, bancale et fragile, quand je me dis que je ne pèse pas à l’échelle de ce monde, que mes choix ne sont peut-être pas les plus malins (Malin? )
    Il sait me dire: « Lève-toi et marche », regarde j’ai ouvert les eaux de la Mer,rouge, passe…avance, ne te demande pas trop ce que tu vaux, Moi Je le Sais…

    « Tu as du Prix à mes yeux….et JE t’AIME »
    ……

    Un prix d’autant immense en Sa Vie Infinie où TOUT EST ….gratuit ?

    Répondre
  2. Marie-Jean

    Moi, ce lapin bleu qui s’offre me fait penser à une certaine sainte (mais je ne saurais redire exactement de mémoire) qui s’offrait pour être une « louange de gloire »….

    Répondre
  3. Marie-Ange

    Il est trop beau ce dessin de Lapin Bleu-offrande qui bondit vers Dieu.
    Il me fait penser au chant : « prends ma vie Seigneur […] que ma vie ressemble à ta vie… »

    Pour moi qui si souvent m’interroge : « mais qu’est-ce que Dieu attend de moi ? », les explications de Coolus deviennent motivations, encouragements. Merci ! C’est vrai, on a toujours quelque chose à offrir.
    Et j’ai encore tant à faire pour que ma vie ressemble au moins un tout petit peu à celle de Jésus !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *