Actes des apôtres 2,14…28
Psaume 15
1 Pierre 1,17-21
Luc 24,13-35
 AP3Lapinbleu797C-Lc24_25

Pour aller plus loin

Détails
-Le lapin bleu a besoin de carburant dans sa foi. Le carburant, c’est Dieu (le tuyau descend du Ciel).
-Le problème, c’est qu’il y a un nœud dans le tuyau. Donc il risque de ne pas avoir beaucoup de carburant… Le noeud, c’est mon manque d’ouverture. C’est tout ce qui limite le Seigneur à agir pleinement dans ma vie.
-La boucle du tuyau, après le nœud, montre que le lapin voudrait faire le tour de la question. Effectivement, quand on cherche Dieu, il ne faut pas se cantonner dans ce qui rassure mais aller au large dans les recherches, la réflexion, la façon de prier…
-Le pistolet est tourné vers le haut. La boucle normale est de recevoir ce qui vient de Dieu et de le lui rendre. La messe est d’ailleurs ce même mouvement où le prêtre, uni à l’assemblée, offre Jésus au Père. Le chrétien qui comprend les choses de Dieu mais qui ne le lui rend pas (en l’aimant, en le servant, en aimant les autres et en les servant) n’a pas achevé la boucle.
-Le lapin bleu dit qu’il vaut mieux être lent à croire plutôt que de croire sans avoir de plomb dans la cervelle (c’est-à-dire sans avoir un bon sens qui ancre sa foi dans la vie quotidienne concrète)
Questions
-Le chrétien diesel est celui qui met du temps à chauffer, mais quand le moteur est chaud, il peut faire des centaines de kilomètres d’un coup. En quoi est-ce que ça rejoint mon expérience ? Qu’est-ce que j’ai mis du temps à intégrer, dans ma vie chrétienne, mais une fois que ça a été intégré, c’est devenu hyper solide ? Au contraire, qu’est-ce qui a été un feu de paille et qui s’est essoufflé en un rien de temps ? Pourquoi, à mon avis ?
FacebookTwitterGoogle+PinterestPartager

2 commentaires

  1. Marie-Ange

    Oui, il est super ce dessin ! Et j’ai lu et relu de nombreuses fois les explications qui l’accompagnent : « le nœud c’est mon manque d’ouverture » dit Coolus et je prends conscience qu’il a sans doute raison.
    C’est vrai, si je ne reçois pas toujours 5/5 ce que le Seigneur cherche à me faire comprendre, en revanche, je n’hésite pas à dire dans ma prière ou dans les moments difficiles : « Seigneur, écoute-moi ! »

    Je suis peut-être bien une chrétienne un peu diesel mais c’est promis, Seigneur, je vais être plus attentive et ouvrir bien grands mes yeux et mes oreilles !

    Répondre
  2. béa-titude

    Je crois que Dieu passe par qui on est…C’est pour cela que il faut être dans la vérité simple sans tricher…Il y en a qui carbure au diesel d’autre au sirop d’abeille… d’autres….Non que la source change mais qu’il y a ce mélange entre ce que Dieu produit et comment je le reçois ou le « digère »…
    Je crois que mon premier stade a été de cesser de ruminer et m’ennuyer à la messe par le chant et donc de cesser d’être en état de refus voir d’opposition…Et là où le chant a agit c’est qu’en prenant son temps, par les mots des auteurs s’adressant à Dieu, il a rendu possible que je trouve des mots pour Lui parler, ceux de la Bible étant un peu compliqué au premier abord et avec la musique l’air aidait les mots à circuler…Mes premières prières autres que récitées sans convictions ce sont les chants jaillis qui avait pris possession de ma mémoire sans que je sache pourquoi mais qui avaient quelque chose à dire et à faire pour m’imprégner…
    La suite a été logique….Les mots des chants qui me touchaient et me « correspondaient » étaient dans l’Evangile et un jour Celui ci a frappé direct au coeur, un sur-mesure…
    Une préoccupation précise, une réponse direct du Texte et de l’Homélie..J’ai ressenti la Vie des Paroles…L’action possible en moi, l’interpellation directe..
    J’ai dit « ouaoauah… IL est là .. » Et je suis tombée amoureuse de ces Textes par petits bouts, même les plus arides ont commencé à me parler..Comme si en découvrant une perle j’avais accès désormais à la vue du trésor immense et sans fond…
    Alors j’ai aimé la messe pour cette nourriture-là même si je ne suis pas encore assez simple pour aller y puiser à volonté tous les soirs…
    Et puis il y a eut l’adoration…Et cela à tout changé et là le noeud était énorme pour empêcher la circulation…J’étais beaucoup plus résistante que pour la Parole…J’étais plus opposante à n’y voir que hasard ou fabulation…Le diesel menaçait de ne jamais être assez chaud pour rouler….Cela c’est fait comme un escalier…par marche ….C’est encore un peu parfois opaque… mais je roule dans le brouillard je crois quand-même et accompagnée…je l’ai déjà un peu raconté
    Il y a Marie aussi… C’est encore un champs en friche…
    Attention, les autres ( Parole-Communion) sont toujours des espaces de grandes découvertes et de grâces… l’exploration demeure en route et même elle se creuse, comme une boulimie….je suis même je crois addict :-) …La « dose  » augmente à mesure que je découvre des petites fenêtres de jours
    je suis de plus en plus en manque de lumière…
    Marie on est parti sur un mal-entendu, une jalousie…un transfert sans doute aussi de je en sais quoi ou qui…Marie c’est la seule que j’ai pu prier dans une peur de mère devant un enfant que j’étais au bord de perdre…elle et une autre vie trop vite partie dans l’histoire familiale… Mon plus grand abandon il est dans ses bras…Et pourtant son appel n’avait pas manqué sauf que je n’en voulais pas…
    C’est encore pas très fluide mais je sais qu’elle est Là…Dans les flèches de chartres qui s’illuminent, dans ces draps, dans toutes les Pieta…c’est la Mère qui m’accompagne…Je sais que le reste viendra…
    Et la confession… je ne parle pas de la « directive » d’une fois l’an pour accéder à la table tranquillement ou malgré que ce ne soit pas pendant longtemps possible en s’arrangeant avec Dieu , genre un ou deux Kirié en direct c’est mieux ! Non je parle de ce coeur à coeur qui dépose, de ces doigts pointés là où les plaies suppurent, pour les regarder en face et les soigner pour cicatriser, d’oser re-garder à nouveau vers Celui que l’on trahit pour apprendre continuellement de Lui…
    Par-don pour aimer mieux et recevoir plus encore…Un job à temps plein, une mission sans fin, un chemin ouvert à tout les possibles…Là IL oeuvre patiemment…
    Il y a aussi le terrain ouvert de la Croix et là je suis en pleine découverte…craintive encore…
    Ce qui s’essouffle régulièrement, ma dernière « piste » Le Saint-Esprit ! Récent terrain d’exploration ( même si vous l’avez compris les autres sont toujours ouverts) je manque d’abandon ….d’ouverture, de confiance, donc de Foi….Surtout dans l’épreuve en fait, j’ai du mal à entendre ce qu’il attend de moi…et surtout je ne Lui demande pas assez je crois, ou après la tempête…
    Il est plus mon « Jocker » quand ça pète que ma manière d’être…Je ne lui demande pas d’être mon conducteur avant l’action… pas assez en tous cas… J’en fait encore qu’à ma tête …
    Surtout dans les moments de tension, de carrefour, de virage, ou le changement me stresse, où je n’ose pas faire un pas vers l’inconnu qui s’annonce…
    Je me laisse travailler par des livres « Renaître d’en haut » mais ça résiste encore….adhérer à Son Projet pour moi en ne sachant pas ce qu’Il est et où il va c’est sauter dans le vide…ou le plein… et je suis un peu ce Pierre qui coule sur l’eau où il a demandé à marcher….
    Reste à crier et à prendre la main prête à me rattraper : « Pourquoi as-tu douté ? » »Pierre M’aimes-tu,  »  » Il la regarda et Il l’aima » « tu as du prix à mes yeux et je t’aime »….Les preuves sont pourtant là…

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *