La fonte des glaciers joue t-elle sur le retour du Christ ?

 

Isaïe 40,1-11    

Psaume 84    

2 Pierre 3,8-14      

Marc 1,1-6

 

BA2-Lapinbleu767C-2P3_9.jpg

 

Pour aller plus loin

Détails
-Le lapin est pressé et veut accélérer les choses. Mais quelles choses ? La parole de la Bible dit « c’est pour vous qu’il patiente ». « Il », c’est « Dieu ». Il patiente pour que tous aient le temps de se convertir. La balle est dans notre camp, dans mon camp. Mais voilà, j’ai le temps pour plein de choses, mais est-ce que j’en « prends » pour me convertir ? Personne n’ « a » du temps, mais pour en « avoir », il faut en « prendre », en mettre de côté pour ça.
-Avec ses narines, il souffle (de fulmination, sans doute) pour accélérer la fonte de la glace. Il voit des solutions pour que ça aille plus vite ; solutions pour Dieu « tu devrais faire ceci ou cela », et solutions qui viennent de lui (chauffer la glace). Du coup, il passe encore à côté de sa conversion, qui doit se faire au-dedans de lui. S’il savait que c’était lui que Dieu attend, lui qui est concerné par la conversion… peut-être verrait-il les choses autrement ? Mais là, il est tellement pressé qu’il utilise en même temps ses narines pour faire fondre et sa bouche pour parler… En quoi me ressemble t-il ?
 
Questions
-On oublie le proverbe « qui veut aller loin ménage sa monture ». Est-ce que je veux aller loin ? Si oui, est-ce que je me ménage et comment ? L’ennemi n°1 du monde d’aujourd’hui est la course contre le temps. On fait tout pour se déplacer le plus rapidement, on peste si on a raté un métro alors qu’il y en a un autre 40 secondes plus tard, on commande par correspondance pour avoir chez soi le produit dans les meilleurs délais quitte à payer plus. Qu’est-ce qu’il y a d’humain, là-dedans ? Qu’est-ce qui ne l’est pas ? Qu’est-ce je que je cautionne ? Et la conversion, le fait de se remettre en question, de changer ? Ca, ça passe après le reste… si on a du temps…
 
Share

4 commentaires

  1. béa-titude

    Je crois que c’est Talleyrand qui disait « doucement , je suis pressée »…
    J’aime bien, moi qui ai pu, un temps, (désormais béni car je ne l’ai plus …pour l’instant) sortir de la vie active, non pour me désactiver mais pour activer des choses plus essentielles…
    Aujourd’hui, Je suis pressée c’est aussi l’expression « être comme un citron pressé », ce n’est pas loin de stressé…
    Et quand je parle du temps, je dis souvent aux jeunes couple, la phrase de St Saint-Exupéry « C’est le temps que tu as perdu pour ta rose qui rend ta rose si importante ( en fait on devrait dire gagner car on est gagnant à « perdre- donner pour l’autre » )…
    Là où sera votre trésor là aussi sera votre coeur…
    Souvent je me dis ‘Quelle est- la façon dont j’emploie mon temps ? Est-ce que je consacre le plus de temps à ce (ceux )qui est (sont) le plus important pour moi…?
    Est-ce que je donne du temps à ceux que j’aime, à ceux qui en ont le plus besoin ?
    Est-ce que parfois démunie devant la souffrance et la douleur ou en conflit j ‘accepte de donner seulement du temps de présence…
    Quand tout est bloqué, sais-je juste être là, non à trouver des solutions mais juste à te signifier par ma présence que tu comptes même si tu es au plus mal ou même si on ne se comprend plus ou si mal…
    Donner juste de la présence en effet pour que Sa Présence agisse en prenant le temps qu’il faut…
    Je me suis dit hier en écoutant des joutes verbales sur les combats idéologiques de théories en tout genre que peut-être le plus dur c’est en effet d’accepter de ne pas avoir la réponse, que la réponse Dieu seul l’a…
    Il y a des souffrances sans réponses et nous n’avons pas de solutions…
    Il y a du mal sans explication, sans sens, sans rien d’autre que nous puissions répondre, résoudre…
    Et oui alors la patience est essentielle car à vouloir trouver une issue devant notre inaptitude à effacer ce qui nous blesse ou ne nous donne pas les pleins pouvoirs ( c’est le fameux désir de la connaissance du bien et du mal), nous, je, transforme ce mal en moindre mal et puis plus en mal du tout, en victoire même puisque comme ça je n’ai plus à reconnaître que je n’ai pas pu le vaincre ou le comprendre…
    Il y a des souffrants qui agonisent et je n’aime pas l’agonie, je supprime l’agonie,(et le mourant avec) il y a des naissances qui dérangent imprévues, hors de mon désir et de ma vie et peut-être qui jaillissent hors de tout amour planifié , ce n’est pas assez contrôlé alors j’efface l’enfant non désiré ou pas désiré ensemble; il y a des handicaps qui disent combien je suis imparfaite aussi, des vies qui ne pourront pas être perfectibles comme je le voudrai, je les empêche d’exister parce que mon confort est plus fort et parce que je crois que je n’en aurai pas la force… il y a une sexualité que je ne comprends pas et qui est stérile en soi, alors je dis que la souffrance devient une revendication et je change de direction….
    Je ne dis pas ici dans tous ces exemples que je ne fais pas un raccourci de chaque situation humaine, de peines combien plus complexes à vivre que les quelques cas de conscience que notre monde voudrait nous voir oublier pour ne pas culpabiliser, au nom d’une morale trop pesante, dans l’urgence à profiter d’un bonheur trop fugace…
    Je dis que notre impatience à ne pas nous laisser remuer, interpeller par les surprises fussent-elles mauvaises au premier abord nous ôte tout l’amour concentré, qu’il y a à y entendre et à y donner….
    Peut-être qu’elle est là l’humilité de se savoir incompétent à effacer toute douleur dans un paradis inventé à notre sauce qui deviendrait le pire des enfers…
    Peut-être qu’il y a ce besoin de faire confiance que ce monde n’est peut-être pas aussi fou qu’il n’y parait en envoyant bientôt un enfant tout petit déjà rejeté de la salle commune pour nous dire tout l’Amour qu’il y a en nous ….
    Le patient aussi est ce le malade qui attend la guérison, obligé de faire confiance, de devenir dépendant d’un Autre.
    Et en matière d’âme le seul toubib compétent qui nous travaille au coeur …
    Il vient….

    Répondre
  2. Marie-Ange

    Je passe du temps à soigner mon apparence physique : vêtements, cheveux etc. afin d’être agréable à regarder. Et si je prenais du temps pour « soigner » mon âme, afin de la rendre agréable à Dieu
    ?

    Seigneur tu viens, tu viens nous sauver : dans la joie je t’attends, et je vais prendre du temps pour Toi, du temps pour préparer mon cœur à Te recevoir.

    Répondre
  3. Isabelle

    Pas mal !
    Je vous invite à venir partager sur mon site http://www.enjoydude.com votre meilleure photo insolite et rigolote, ça me ferait plaisir !
    Isa de Bordeaux

    Répondre
  4. marie-laure Favre

    Merci cher Lapin Bleu, garde ton dynamisme, ton imagination ainsi que tes messages pleins de Sa Parole divine. Je souhaite à toi, mon compagnon régulier de beaucoup t’amuser
    de célébrer mariages et baptêmes, de recevoir Ce cœur qui
    fait battre le Tien dans toute la Puissance de Son Esprit
    de tendresse et de Force. Allez, bonne route, Lapin Bleu
    pour une année 2015 haute en couleur. Marie-Laure

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *