Ah que coucou !

1ère Lecture : Isaïe 61,1-11

Cantique Luc 1 

2ème Lecture : 1 Thessaloniciens 5,16-24 

Evangile : Jean 1,6…28

BA3-Lapinbleu266C 2017-1Th5_19

 

Pour aller plus loin

 
Détails
 
-Le petit oiseau (qui sort du cœur comme un coucou d’horloge), c’est la joie, la vie qui jaillit de l’intérieur mais qu’on étouffe par respect humain parce que « ça ne se fait pas ». Eh bien si, ça se fait ! Si on ne le fait pas, la terre sera encore plus triste.
-Celui qui essaye d’étouffer ses émotions est gêné, tandis que l’autre lapin qu’il rencontre est amusé, comme s’il n’attendait que ça ; que l’autre soit « nature » pour pouvoir, lui aussi, le devenir.
– Le moyen de « faire jaillir le lapin intérieur » n’est pas de boire de l’alcool au point de se ne plus être maître de soi et faire n’importe quoi (en général, ça ne vole pas haut…) Le moyen est de chercher la Source de la joie en soi ; Dieu.
 
Question
 
-Chrétien(ne), sais-tu que tu as le POUVOIR de donner la vie par un sourire ? Une Parole ? Pourquoi ? Parce qu’elle jaillit du plus profond de toi, et que ce n’est pas toi qui la suscite mais Dieu qui est au fond de toi et qui veut se servir de toi. « Ne tais pas une parole lorsqu’elle peut sauver et ne cache pas ta sagesse »  (Ecclésiastique 4,23)
-Alors cette semaine, n’éteins pas l’Esprit qui est en toi et qui ne demande qu’à sortir (et ne lui donne pas la permission seulement jusqu’à 22 heures)…
 
 
 
Share

8 commentaires

  1. Marie-Ange

    Ah que oui !
    Elle est belle l’idée de la joie qui, à chacune des heures, sort du cœur du Lapin Bleu/coucou.
    Elle me fait penser à « La joie de l’Évangile » du Saint Père, lorsqu’il écrit : […] « il est vital qu’aujourd’hui l’Église sorte pour annoncer l’Évangile à tous, en tous lieux, en toutes occasions, sans hésitation, sans répulsion et sans peur.

    Répondre
  2. béa-titude

    Je commence donc par un grand 🙂 à tous…
    Ton commentaire est très ciblé pour moi lapin bleu…En effet la première partie de ma vie s’est passé à tenter de faire taire tout ce qui était débordant en moi et certainement envahissant…
    J’ai eu longtemps en tête la peur de gêner, de déranger, d’être intrusive, ostentatoire, j’étais une handicapée du « trop »… « En faire trop, en dire trop, en montrer trop, en donner trop, en attendre trop, en rêver trop, y croire trop, y passer trop de temps, y mettre trop d’attention, accueillir trop, voir trop vaste , trop grand,….trop extravertie, trop sincère, trop transparente, trop nature, trop spontanée, trop attentive (suspecte), trop joyeuse (donc trop naïve) »
    Et plus je bridais intérieurement pour être dans la juste mesure, ( la plus économique mesure, la plus minimaliste mesure, la plus minimum syndical) plus je me sentais emprisonnée , en train de jouer un rôle trop serré à ma mesure…
    Alors le grand Hasard a fait que j’ai rencontré des gens en grandes difficultés, sortis des routes toutes tracées, des choses codifiées, des  » ce qui se fait » sans doute affamés de compter pour autre chose que du beurre ou du paraître …et là j’ai mesuré la solitude de tout être sans regard de confiance…Et là, on n’avait pas le temps de chercher le socialement correct par ce qu’on était à vif pour rester vivants…
    Et là, les premières résistances passées j’ai été prise comme j’étais…j’ai même appris la délicatesse qui me manquait tant je crois par ce qu’il y avait des blessures que l’on n’était plus en mesure de cacher…et que face à ces blessures, ces errances là, on avance sur la pointe des pieds…
    Chez les marginaux j’ai trouvé une vérité, douloureuse certes mais offerte que la société dite correcte n’avait pas su me montrer…
    Et même grâce à cette urgence dans la situation de crise j’ai appris a ouvrir les yeux sur les blessures cachées de ceux qu’on a éduqué à les cacher…
    De ceux qui ne montrent pas, retiennent, ont la distinction de garder pour eux ce qui ne doit pas s’imposer aux autres, cette politesse de la retenue, cette pudeur qui est aussi dignité et j’ai appris que le bon geste ce n’est pas forcément celui qui est le mien mais celui que l’autre peut recevoir…
    J’ai appris qu’avec le mouvement du coeur il faut comme un « art » d’aimer, un peu moins brut, un peu domestiqué, un peu plus « adapté », il ne me fallait par être dans la mesure de tout, à tout peser mais dans le « sur-mesure » et pour cela il fallait prendre le temps de regarder la personne, d’ouvrir le regard d’abord…

    En Sciences Physique ma fille vient d’étudier la différence entre la lumière qui réfléchit et diffuse, la première à un point de direction précis, l’autre pas, elle s’étale partout…
    Je pense que l’Esprit Saint est les deux, quand il jaillit , il réfléchit la Lumière divine ou et il la diffuse et selon nos coeurs, il est lueur ou éblouissement…
    J’ai à m’adapter à la situation du parcours de l’autre, ma joie peut faire mal à celui qui souffre et a besoin de compassion, ma compassion peut être vécu comme pitié et la pitié peut humilier ou enfoncer, mon sourire peut-être pris pour une moquerie et mes larmes pour de la sensiblerie.
    Dans ma précipitation à donner je peux ne pas recevoir les signes qui me sont donnés du besoin de l’autre…
    Ce que je travaille maintenant c’est le jaillissement ciselé…
    Le discernement , l’écoute de cet Esprit Saint, non pour freiner , le cacher, mais pour accueillir ce qu’Il a à me dire, pour être sûre que je suis branchée à la bonne Source, et que mon agir est bien dans LE servir pour servir.
    Etre dans cette prière que Sa lumière passe et que si j’ai visé à côté , LUI diffuse…..

    Répondre
  3. Marie-Jean

    Le pouvoir de donner la vie par un sourire me fait penser au chant des frères Pradelles : « est-ce que tu penses à dire bonjour, quand ton voisin a le coeur lourd, les yeux fixés sur ses souliers pour ne pas voir ceux qui arrivent. C’est si facile de dire bonjour c’est dans la ville regard d’amour, regard de Dieu »…

    Répondre
  4. yayon

    euh pourquoi je vois double??? bon va falloir faire quelque chose mais ce soir car là je vais finir par être en retard… alors surtout surtout enlève le trop plein car non vraiment j’envoie assez de com pas besoin en plus de les mettre en double (pauvre lecteur… :-$ )

    Répondre
  5. daniel

    heureusement que le renouveau (et les communautés nouvelles)ont appris à mon coeur de mettre le nez dehors

    Répondre
  6. campa

    La parole de Dieu nous invite à la joie, joie d’En Haut, joie du Seigneur qui ne dépend pas des circonstances et qui est  non seulement  moyen d’évangélisation mais également santé pour notre coeur, notre coprs, notre esprit, notre âme! pour vérification Prov17;22et ceux que ça interresse, un commenctaire de ce verset sur:http://www.saparole.com/?page=texte&date=2008-12-08

    Répondre
  7. Mayeul

    Magnifique, c’est ce que j’ai appris à approfondir à la Communauté de l’Emmanuel au forum des jeunes à Paray le Monial :)Merci Coolus !

    Répondre
  8. Marie Christine

    Bonjour,Merci pour les beaux dessins qui nous encouragent toutes les semaines .-Chrétien(ne), sais-tu que tu as le POUVOIR de donner la vie par un sourire ? une Parole Tu as oublié par un dessin …Bonne marche vers Noël

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *