Faites demi tour !
Isaïe 60, 1-6
Psaume 71
Ephésiens 3, 2-3a.5-6
Matthieu 2,1-12
 
Lapinbleu517C-Mt2_9

Pour aller plus loin

-Trois rois mages égarés, guidés par un GPS capricieux.
-Deux d’entre eux sont fixés sur leur appareil (leur seule sécurité). Aucun des trois n’a vu le panneau « ouvrez l’œil » (vous ne le connaissiez pas, celui-là… ‘ Faudrait sortir un peu)
-Le lapin qui est derrière –place du faible- c’est celui qui s’est pris le poteau (l’imprévu).
-Du coup, il voit 8 étoiles dont une grosse (8 comme le 8ème jour, jour de la résurrection du Christ. L’étoile est aussi symbole du Christ ; « étoile radieuse du matin »)
-Dans le décor, il n’y a que la crèche, on ne peut pas la rater… et pourtant ils ne voient pas ce qui est banal. Et moi, qu’est ce que je refuse de voir ? En quoi suis-je aveuglé ?
-Dans la crèche, on ne distingue qu’un bœuf et un âne et une mangeoire. On ne voit ni Jésus, ni Marie, ni Joseph. Non, Dieu ne peut pas être par ici ? Qu’en penses-tu ?
-Les étoiles sont de la même couleur que les couronnes. Celui qui voit les étoiles a perdu sa couronne, il est devenu pauvre, et c’est à lui qu’est révélé ce que tous cherchent. Les deux autres ont leur couronne (leur pouvoir) et leur GPS (leur richesse et sécurité). Tout ce qu’ils ont retrouvé, c’est leur incapacité. Peut-être sont-ils maintenant sur la bonne voie ?
-Les événements imprévus nous conduisent souvent à quelque chose où l’on peut trouver Dieu. Quelques fois, un choc brutal peut nous aider à le comprendre. L’as-tu vécu ? 
Share

Un commentaire

  1. béa-titude

    C’est vrai que dans l’obscurité d’une épreuve se cache souvent, une piste lumineuse…
    Au milieu des larmes , il y a des porteurs de lumière…
    C’est plus facile à voir quand on sort victorieux de ce temps difficile et que l’issue ne mène pas à la mort.
    Quand on perd le combat contre la maladie et que la porte de sortie est ouverte c’est plus complexe que quand on vit une guérison ou un nouveau départ…
    Et pourtant dans des services de réanimation, au pied de certains défunts, dans des assemblées d’A-Dieu, dans des cimetières il y a des dons…
    Peut-être plus qu’ailleurs et peut-être plus quand on ose crier que l’on est perdu dans sa douleur…même parfois à dire ce « Seigneur mais où es-TU ?  »
    Peut-être aussi quand dans les remords ou regrets de nos espoirs de relation parfaite on relit l’histoire et que l’on se prend en pleine figure tous les désamours et que remontent tous ces « si j’avais su, fait, dit, pu… »
    C’est là qu’Il nous attend dans notre pauvreté sans couronne, l’histoire a été ce qu’elle a été, elle s’offre telle qu’elle est avec tout ce qu’il y a à y entendre pour devenir et embellir l’avenir…
    La route continue pour l’un sans l’autre.. ou avec l’autre mystérieusement…
    Et il faut se dire qu’alors Tout l’Amour passe, il n’y a plus d’incompréhension, de barrière , de souci de caractère ou de passés différents, de maladresse ou d’erreurs à pleurer…
    Il y a eu deux humanités faillibles et croisées qui se sont aimées et blessées aussi mais qui ont avancées avec leur GPS ou leur béquille et jusque dans le chemin divergeant de l’un qui ouvre cette Porte sur l’Autre et de celui qui reste à apprendre encore, il y a des trésors offerts, il faut garder les yeux rougis ouverts…
    Même dans la cruauté d’une injustice à hurler, il y a un phare qui balise la nuit…
    Sous le coup on le voit ou pas, trop occupé à demeurer debout, peut-être qu’il faudrait justement tomber à genoux et Kirie ….
    Peut-être qu’il faudrait lâcher les « pourquoi » et demander « où » ou comment … »où « va-t-on vivre et « comment » ensuite ?
    J’ai découvert une phrase à ma relecture photo annuelle que je fais depuis déjà 8 ans , depuis cette année sans…où j’ai creusé vers le Beau…J’ai eu une période très photo où je perdais un peu d’ailleurs du réel collée à mon objectif pour retenir les instants forts comme des pépites…Désormais j’essaye de recevoir sans fixer autant.
    je fais comme un diaporama des meilleurs moments, des cadeaux de cette vie, et j’y mets aussi un peu de spiritualité et de philosophie.
    Dans ce contexte je note des phrases, et celle -là un peu remaniée m’a interpellée ; « La vie ne te donne pas les personnes que tu veux. Elle te donne ceux dont tu as besoin, pour faire de toi la personne que tu es. »
    Si la notion de personne « voulue » est discutable car chosifiée, on peut dire que la vie met sur notre routes des personnes qui nous construisent par le plus ou par le moins , souvent les deux à la fois…et nous sommes aussi ces balises sur la route d’autres que nous -même…
    Et quand nous acceptons de porter plus grand, beau, bon que nous, nous sommes d’autant signe pour ce qui en ont besoin.
    De même quand nous accueillons celui- celle qui se présente sans a priori de rejet ou pénibilité …
    Dans la foulée se trouvait cette phrase aussi :  » J’ai enfin compris que, si une chose n’arrive pas, c’est qu’une autre meilleure viendra  » …
    Je n’y suis pas encore mais je la travaille.. et si ( je le mets encore dans la situation d’attente qui est la mienne) Dieu est bien dans chaque chemin et au bout, cela ne peut qu’être la Vérité non ?
    Dieu, le meilleur de ma vie ….mais dans une simple crèche d’abord et aussi ..
    et la boucle est bouclée dans ma quête comme la longue marche des rois mages…
    Je vais vous confier un secret qui se passe sur ce site… quand je m’étale et écris, et bien parfois- souvent je découvre des pistes pour moi-même en les mettant sur la toile…Je crois mener et c’est moi qui trouve…
    « IL est trop Fort », IL passe partout..

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *