8 commentaires

  1. béa-titude

    J’ai reçu un cadeau hier,que j’ai savouré…
    Rien à voir avec les paquets enrubannés.
    Alors que je peine à faire l’unité et que j’attends beaucoup du Saint Esprit à la messe de la veillée, le curé qui veille sur le recueillement de cette assemblée hétéroclite et assez atypique parfois, a depuis deux ans, a pris l’habitude de sucrer la paix du Christ…
    Alors que nous sommes rassemblés,
    -pour ceux d’entre- nous qui peuvent oser la famille car depuis le décès de papa, il faut reconnaître que son absence comme pilier a bien fragilisé l’édifice et que sa chaise vide-où que nous soyons- oblige forcément à y penser douloureusement encore, en ces grands rdv remplis de souvenirs, nous voilà en plus sans geste de Paix…
    Donc, on sentait notre prêtre tendu, depuis plusieurs années, par le côté cavalier et peu habité de nos bisouilles en tous genres, ce moment de fiesta, presque grande claque dans le dos, plus du genre « Cool une pause, je me retourne dans tous les sens, et je papote , « tiens salut mon pote » « Eh regarde, les machins sont là… ».
    Evidemment, cela ne se voyait pas beaucoup que nous étions conscients que Le Christ, là , missionne chacun à porter sa Paix, impossible sans Lui, mais transmissible par-delà nos mains de pécheurs avec le regard du Cœur qu’IL met en nous…Ou quelque chose comme ça…
    La première année, l’assemblée avait été un peu dissipée donc je l’avais vécu comme une petite remontrance à peine voilée pour les « cathos du sérail » si j’ose dire…
    Bon ça ne m’avait pas aidée à aplanir les angles des vécus familiaux mais tant pis …on avait survécu…
    L’année dernière, bis repetita et là j’avais encore repris le collier pour porter certains proches cabossés et vraiment la Paix du Christ j’en avais besoin ! Et pas qu’un peu ! Petit phénomène d’usure et de fatigue à remettre le couvert au propre comme au figuré !
    Alors même si l’Eucharistie me donnait déjà tout, vraiment si cette nuit-là on ne risquait pas la Paix Christique, même bruyante et indisciplinée et même, si c’était vrai, qu’on compromettait le recueillement nécessaire à la prise de conscience du cadeau immense se préparant dans le consécration, je pense que le Christ lui passe jusque dans nos irrespects un peu potaches et nos maladresses bien intentionnées malgré tout…
    « On » pouvait aussi nous rééduquer à redonner son sens à ce geste et à contribuer à y faire résonner tout ce qu’il porte de sacré et d’essentiel…
    La fraternité déjà en elle-même est une qualité d’amitié ou d’ouverture à son voisin de banc ou à l’inconnu de passage… bref, la gestuelle est belle et porte tous les possibles de la rencontre ou des retrouvailles. Sans compter l’Esprit Saint bien plus malin ( pardon!) qu’on ne l’imagine!
    Je sais que cela discute en haut lieu de ce geste « galvaudé » qui ne doit pas être automatique comme les antibiotiques mais quand-même, le soir de la Nativité…Non ?
    Bref, j’avais laissé retomber le soufflé de ma frustration et cherché comment faire passer le message sachant que je ne m’érige pas en célébrant et qu’évidemment je ne suis pas maître en ma chapelle et encore moins à l’autel…
    Le hasard m’avait bien servi puisque j’avais croisé une animatrice de cette paroisse à la piscine ( pas de siloé mais presque) à qui j’avais fait part de mon manque et de ma tristesse…
    Et je l’y avais recroisée…Elle avait fait passer le message et « on » m’encourageait à venir en parler ce que j’avoue avoir lâchement évité.
    Hier matin, je boostai ma marmaille retrouvée à la messe du dernier dimanche de l’avent , assez peu convaincue de la nécessité du surdosage de cette journée mais le curé avait dit que si l’église était vide le matin pas de chauffage le soir, nous faisions donc oeuvre de sacrifice pour le bien commun 🙂
    En partant et en lui serrant la main je me demandais si je n’allais pas emmener toute la smala à l’autre église
    plus dissipée, festive, mode JMJ frateux, selon les sensibilités, (Nous sommes équidistants de deux clochers) assurée d’avoir cet appel au geste espéré qui ne fait jamais défaut…
    Cela me semblait plus simple, ne voulant pas demander une messe sur mesure, j’allais à la messe à ma mesure…
    J’avais déjà testé l’effort deux ans de suite de l’offrande du manque … cela faisait un peu carême à Noël.
    Et là, le curé droit dans les yeux me sert la main, appuyé et me dit « à ce soir » lisait-il dans mes pensées ou les murs de son église avaient ils des oreilles je ne sais !
    Toujours est-il que hier soir, très inspiré, mon curé après un silence épais, ( qu’il a du se risquer à sacrifier) nous a conduit dans ce partage dans la prière…
    Magnifique, j’en ai pleuré et je dois dire que je ne l’avais jamais autant vécu comme un cadeau…et pas un dû…
    Je crois que ma maman y a vu tout l’amour que mes yeux y mettais…et tous ceux autour…et j’ai beaucoup reçu…
    Dans ma vie c’est souvent quand je pense que c’est foutu que le Seigneur vient…Il doit savoir encore combien je suis débutante et immature…
    Alors je vous le dis, les yeux plein d’émotion même si je ne suis pas habilitée pour mais comme une bénédiction qui continue son oeuvre et que je transmets :
    « Notre sauveur est né gloria, gloria,
    qu’IL vous donne Sa Paix, gloria, gloria »…

    Répondre
    • Minuscule

      Merci Béa pour ton témoignage.
      Moi je souffre de ne pas entendre l’agneau de Dieu.
      Me voilà requinquée et confiante !!!
      Joyeux noël !

      Répondre
      • béa-titude

        Oh c’est gentil Minuscule ! je me sais « un peu » envahissante …
        Par contre je n’ai jamais vu de messe sans agneau de Dieu ? Sans gloria ni alléluia oui , temps liturgiques obligent , mais pas sans agnus ? Veux-tu dire que tu as une sorte de « la paix soit avec vous…. » qui reprendrait aussi au couplet le « agneau de Dieu » ou pas d’agneau de Dieu du tout ( ni français ni latin ? )
        Parce que autant le « pax cristi » est fluctuant autant l’agnus je ne crois pas….Une petite amnésie du curé ?
        Si c’est le cas je veux bien passer commande « là-Haut » pour que l’année prochaine tu aies ta joie de le savourer, comme moi j’ai reçu la Paix cette année… »si plusieurs sont réunies en mon nom…. »…Même par delà internet j’espère 🙂
        Sinon Belle et Vivante année à toi, toujours au contact ( de toi-même, des autres et en sa Présence…) avec la merveilleuse Espérance qui nous porte…
        Tiens, j’espère aussi que Marie-Ange va bien…

        Répondre
        • Marie-Ange

          C’est sympa Béa de penser a moi.
          Non, en vérité ça ne va pas fort : j’ai trouve le moyen de me casser la cheville droite et le genou gauche en descendant la marche de l’autel….
          Je suis a l’hôpital ou le wifi public me refuse l’accès au blog du lapin bleu (thème catholique). Pauvre lapin va !
          Ma tablette ne fonctionne pas avec la 4g. Je suis donc obligée d’utiliser mon smartphone pour m’exprimer et ce n’est pas pratique.
          Mais je vais faire un effort!!!
          Très belle année a vous et aux votres !

          Répondre
          • béa-titude

            Aïe c’est vraiment pas de chance ! Des deux côtés ! à l’église en plus si j’ai bien compris !
            On dit qu’à chute il faut répondre « chut » et faire une pause… sauf que là la pause est imposée et pas des plus sympathiques !
            C’est quoi cette histoire de Wifi laïcard ?
            Alors que c’est dans l’épreuve que la foi se fait d’autant nécessaire et que les hôpitaux débordés peinent à faire dans le réconfort et l’accompagnement humain….
            J’espère que cela ne va pas durer trop longtemps et que si tu as ensuite de la rééducation, la structure sera plus ouverte et chaleureuse… et que tu seras un peu chouchoutée..
            Bon, on va demander au Patron qu’ensuite tu repartes du bon pieds…
            Bon courage et moral quand-même, et reviens-nous vite sur le site 🙂
            Béa

      • Marie-Ange

        Je connais ce cas Minuscule.
        Il y a des paroissiens qui préparent les célébrations sans formation et des prêtres qui hélas laissent faire…
        On trouve donc un chant de paix mais pas les paroles de l’Agnus. Un ami prêtre conseillait de laisser chanter La Paix puis de réciter les paroles de l’Agnus pour ménager la chèvre et le chou .
        Dans le même genre on entend des Gloria ou même des Sanctus avec des paroles non conformes…
        Je suis d’accord avec vous deux: c’est dérangeant et anormal.

        Répondre
  2. Elinore

    C’est tellement vrai ;( aujourd’hui Noël = sapin, cadeaux, famille et Jésus alors ???? Joyeux Noël à tous quand même 😉

    Répondre
  3. Marie-Ange

    Une chose m’intrigue et me chagrine : le sapin, la lumière, l’étoile, les cadeaux … presque tout le monde se sent concerné. Hélas ! Beaucoup ne se demandent même pas pourquoi le 25 décembre est
    fêté dans le monde entier.
    Ceux qui réclament la suppression des crèches dans certains lieux publics savent-ils que c’est la venue de ce petit enfant, il y a plus de 2000 ans, qui est à l’origine de cette liesse ?

    Et pourtant, le plus beau des cadeaux de Noël n’est ce pas Jésus Sauveur ?

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *