Un reflet intelligent…

Deutéronome 6,2-6

Psaume 118

Hébreux 7,23-28

Marc 12,28-34

Pour aller plus loin

 

Détails :

 

-Le lapin bleu a une mauvaise image de lui-même. Sa salle de bain est triste, les couleurs de ses accessoires sont terne, son tabouret est rongé de partout, le bleu du lapin est sombre.

-Il est surpris par son reflet qui lui répond. Son reflet est le regard que Dieu pose sur lui : le lapin est plus clair, son reflet est lumineux, et il l’asperge de parfum parce qu’il l’en croit digne.

-Pour pouvoir aimer l’autre comme soi-même, il faut déjà avoir fait un certain « travail » sur soi, pour pouvoir s’aimer et se regarder comme étant à l’image de Dieu.

Questions

-Aimer l’autre comme soi-même, est-ce de l’égoïsme ? de l’orgueil ? Qu’est-ce que Jésus veut dire à travers cette phrase ?

-Qui, dans mon entourage, pose un regard d’espérance sur moi ?

-Est-ce que je peux aimer l’autre comme moi-même si je ne m’aime pas moi-même ?

-« Aimer Dieu de tout son cœur et aimer le prochain comme soi-même » pourquoi Jésus lie-t’il ces deux commandements ?

-Puis-je aimer Dieu sans aimer mon prochain ?

-Puis-je aimer Dieu sans m’aimer moi-même ?

Là, tu as de quoi méditer pour 5 ans… (au moins !)

Share

Un commentaire

  1. béa-titude

     » Tu aimeras le Seigneur Ton Dieu…. » ce que je trouve génial c’est que plus tu avances sur ce chemin d ‘amour oh combien complexe, plus ton cœur se dilate et plus tu as la capacité d’aimer…Quand tu passes un obstacle relationnel , amoureux, affectif avec une personne cela t’ouvre des pistes pour toutes les autres ! tu ne gagnes pas qu’une bataille, tu en gagnes des milliers…L’amour est exponentiel…
    Et quand tu commences à aimer ton prochain (car on ne finit jamais) tu apprends à t’aimer toi aussi…
    En faisant du bien à l’autre tu t’en fais à toi-même et quelque chose s’emboîte, se ramollit, cède en toi ( parfois même craque à en pleurer de joie) , quand la résistance cède après un conflit, que le pardon se fait possible, que l’égo et l’orgueil sont remisés au grenier ou foulés au pied, tu ne perds pas, tu te trouves,tu te corresponds, comme si au tréfonds tu n’avais jamais eu d’autres aspirations que de faire la paix et de laisser ton cœur vibrer de compassion, de charité, d’écoute…
    Je ne crois pas que si tu commences par t’aimer toi, à la mode zen ou développement personnel , tu te libères… Je crois que cette quête très centrée te sclérose un peu, ton horizon nombril est assez peu inspirant et tu tournes vite en rond.
    Mais si tu entres dans les deux mouvements, aimer et recevoir de l’amour, le balancier s’équilibre et tu te nourris de ce que tu reçois pour le donner.
    Et si la générosité te vient vis à vis des autres,la bonté, l’accueil, le respect, tu te respectes toi aussi parce que tu aimes ce que tu es en train de devenir, une personne réceptive qui dépose les armes…( petite association d’idée avec le texte d’un patriarche orthodoxe je crois qui s’appelait je crois « maintenant je suis désarmé » c’était l’idée…Je ne sais pas si je l’ai mis sur ce site).
    Je crois que si le cap est bon, le voyage a du sens et les navigateurs prennent de l’importance parce que leur mission est belle.
    « Tu as du prix à Mes yeux et je T’aime »…avec ça le « Aimer Dieu de tout ton être et ton prochain comme toi-même  » trouve la réserve d’approvisionnement divine sans laquelle rien ne peut commencer…

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *