Le pain du Ciel est-ce un pain para-sol ?

 

Le Saint Sacrement – Année A

(Ou « Fête-Dieu » Dimanche après la Trinité)

 

1ère Lecture : Deutéronome 8,2…16

Psaume 147

2ème Lecture : 1 Corinthiens 10, 16-17

Evangile : Jean 6,51-58

 

ASolennite-SaintSacrementLapinbleu437C-Jn6_51.jpg

Pour aller plus loin

 

Détails

 

-Le lapin de gauche se pose des questions sur ce « pain descendu du Ciel ».

Qui ne s’est jamais posé de question sur ce pain que nous recevons chaque dimanche, ce pain qui est réellement le corps du Christ, Dieu dans nos mains, Dieu sur nos langues. Le lapin réfléchit avec sa logique à lui et non celle de Dieu ; un pain, le ciel et donc un toboggan pour faire le va-et-vient…

-Un ange lui dit qu’il fait fausse route et lui montre la crèche. Voilà où il faut chercher : Jésus est né à Bethléem (qui se traduit par « Maison du pain »).

-Jésus naît de Dieu et de la Vierge Marie. Il descend donc du Ciel.

-A sa naissance, on le met dans une mangeoire, ce qui veut dire qu’il se donne en nourriture.

Aujourd’hui, cette Parole s’accomplit : « il est le pain vivant qui descend du ciel ».

 

Questions

-Pour comprendre ce que dit Jésus, il faut souvent lire et écouter les Ecritures. La réponse y est. Pourquoi aller chercher ailleurs dans telle révélation privée, inédite ?

-Dieu n’aime pas les scoop. Il agit comme le flot continuel de l’eau qui polit une roche.

-Où vais-je chercher la réponse à mes questions ? Est-ce que je me les fabrique comme ce lapin ?  

 

FacebookTwitterGoogle+PinterestPartager

6 commentaires

  1. Marie-Jean

    Toboggan et échelle de Jacob ?
    Le flot continuel de l’eau qui polit une roche : la présence constante du Seigneur dans le psaume 138 « où m’enfuir, loin de ta face ? Je gravis les cieux : tu es là ; je descends chez les morts : te voici… » ?
    En attendant, présence aimante et prévenante de notre Dieu pour ses créatures !
    « Recevoir ce que nous sommes, et devenir ce que nous recevons… »
    Et à l’image de notre Dieu Trine, le pain donné et le pain reçu de nos relations, particulièrement avec les plus petits, les plus démunis…

    Répondre
  2. béa-titude

    Pain vivant descendu du ciel…. et descendu de la croix…

    Répondre
  3. béa-titude

    Je ne saisi pas bien l’idée du pain du ciel parasol ? Pour protéger du soleil ? de la canicule ? du sol ? Reste qu’en allant voir des photos de l’arbre je le trouve très beau :-)
    Pain du ciel …para…Para ça veut dire que ça protège … de quoi ? Du Mal ? de l’égoïsme ? de la haine ? Cela pare contre quoi ? contre qui ? Contre la vie ?
    ou au contraire cela conduit vers la Vie, forme pour cette Vie qui ne s’éteint pas ?
    C ‘est drôle , entendez étrange, émouvant, le hasard du calendrier fait que j’anime cette messe à venir dimanche…Préparation, lecture, choix des chants, je suis plus que jamais dedans…
    Moi la réfractaire de base à l’adoration, celle qui disait ou pensait « où est l’intérêt ? Dieu est partout, en ce monde , en chacun ? Pourquoi l’enfermer dans ce morceau de pain, est-ce de l’idolâtrie, de la magie … ?
    Parfois on me dit « le tabernacle me suffit, le monument église aussi, la nature, ma chambre pour prier…Pas besoin de plus et surtout de moins…Et moi au moins je vois le visage du Christ en chacun…  »
    Je n’étais pas loin de me dire  » ça sert à quoi l’Eglise, ce seul Corps, celui de Jésus qui fait Eglise…. ? Cela complique un peu tout ! Seigneur Tu abuses, on se fait des noeuds au cerveau avec tout ces mystères  »
    Et puis il y a eu ce jour de colère et d’écho intérieur, ce jour égaré et ce jour de lumière , ce jour d’abandon et ce jour de cadeau…ces jours par « hasard-providence, où en quête inavouée, réflexe incompréhensible devant ce sacrement sacrément inaudible j’ai « entendu »….à en pleurer de honte je crois de n’y avoir pas cru, du geste reçu,
    de la Présence comme jamais….
    Et là soit on est de « mauvaise » foi, de plus de foi du tout, soit on se croit fou, soit on reçoit…l’évidence….IL EST LA….
    J’accepte et j’ouvre la bouche et mon corps dit d’accord à cette Venue réelle…à ce qu’Il va faire en moi, de moi par Lui là….au creux de mon estomac mais surtout de mon être intérieur….
    J’entends ce projet que je ne comprends pas mais qu’IL sait lui …cet appel à l’éternel qui ne finit pas, le sans limite de l’Amour qui L’Habite et me travaille au corps…dans le corps Mystique…
    Le corps de l’Eglise d’hier , d’aujourd’hui de demain, des êtres défunts, en vie , à naître, des saints….de cette Trinité de communion sans faille où circule la seule force qui gagne et emporte tout….
    Ma vie ? 30 secondes en moyenne à l’échelle de cette planète et pourtant ce qui pourrait n’être rien, néant absurde, est pour Lui , tout ! De mon moindre cheveu tombé de ma tête, du microbe que j’ai la sensation d’être je suis l’enfant, un enfant du Père….
    Et tout cela se dit et se murmure quand l’hostie se lève devant moi et que je dis Amen…âme aime…
    Oui c’est dingue et pourtant le monde est un truc de fou, l’amour aussi et Dieu
    a dit que cela était bon….
    Je n’ai pas tous les jours la réponse , la certitude, la parole interne ou la plénitude, les larmes de l’évidence….
    Parfois c’est silence et plus ardu…quête d’absolu qui de donne par surprise et dont on ne sait pourquoi et comment il s’est un instant dévoilé…
    Cela crée du manque, de la quête, de la faim immense et une confiance pourtant, une attente ….
    Creuse ma faim Seigneur…et vient dans ce Saint- Sacrement nourrir mon chemin….et tout accomplir….

    Répondre
  4. Philippe-Guy Charrière

    Sincèrement, il fallait y penser. Bravo pour vos idées sympas qui nous aident à aller plus loin dans la réflexion… Bonne journée !

    Répondre
  5. Marie-Ange

    Cette interprétation me plait tout particulièrement ; pourtant ma réflexion personnelle ne m’aurait jamais entrainée dans cette direction…

    C’est souvent par la lecture de la Bible que j’essaie de combler mes manques, mes insuffisances. Hélas, et je l’avoue volontiers, j’ai quelquefois bien des difficultés pour comprendre !

    Pourtant, même si je ne comprends pas tout je le crois : Jésus est présent dans l’hostie, il se donne à nous par amour, avec tout son amour. C’est bien ainsi que je le reçois dans la joie ou la
    peine mais toujours avec confiance !

    Répondre
    • Marie-Ange

      Trois années plus tard… cette interprétation de Jésus pain vivant me plait toujours autant. Mes convictions et ma confiance sont toujours aussi vives.
      Avec le temps, je dois même reconnaître que la lecture assidue des Textes a amélioré ma compréhension. Les dessins m’ont entrainé à la réflexion… mais, parfois, il m’arrive encore d’être comme le Lapin Bleu, un peu à côté de la question !

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *