Le débiteur impitoyable (Mt 18,23-35)

Dans la Bible,

c’est l’histoire d’un homme qui ne pardonne pas.

Dans cette histoire, un homme doit une somme immense (10 000 talents ou encore 60 millions de pièces d’argent). Si on calcule qu’une pièce d’argent, c’est le salaire d’une journée, pour rembourser 60 millions de pièces d’argent, il faudra juste 164 383 ans (à travailler tous les jours, même les dimanches et les jours fériés). Si tu veux avoir un week-end de repos, il faudra travailler 230 137 années. Comme ce n’est pas trop possible, tu peux aussi demander à 46 000 personnes (l’équivalent d’un grand stade de foot bien rempli) de travailler chacune 5 ans pour toi. Bref, c’était pour comprendre l’ampleur de la dette, de cet homme. Alors son chef pour se faire rembourser, veut vendre cet homme, sa femme, ses enfants et tous ses biens. A mon avis, ça ne remplace pas 5 ans de travail de 46 000 personnes).

Quelle est la réaction de cet homme ? Il tombe à ses pieds, il le supplie de prendre patience et assure qu’il va le rembourser. Le chef se laisse toucher et il efface sa dette (c’est énorme ! Tu aurais fait pareil, toi ?). Et puis, l’homme qui s’est fait effacer sa dette, en rentrant chez lui, rencontre quelqu’un qui lui doit 100 pièces d’argent (3 mois et demi de salaire). Que fait-il ? Il se jette sur lui, il l’étrangle et lui ordonne de le rembourser. L’autre le supplie et lui demande de patienter, mais pas moyen. Impossible.

Finalement, que se passe t-il ? Des témoins vont raconter l’histoire au chef qui se met en colère. Il a eu pitié et a remis la dette de 60 millions de pièces d’argent. Et l’autre n’a pas pitié et ne veut pas remettre la dette de 100 pièces d’argent ? Ça se finit mal, il l’envoie en prison pour qu’il rembourse tout. Ça le fera réfléchir.

Dans la BD,

on voit la scène à la case 2 de la page 41, lorsque le lapin bleu raconte l’histoire de Zachée. Entre le lapin bleu et les moutons, on voit deux ombres ; un personnage en étrangle un autre.

GAT41-02-LapinbleuLe lapin bleu vient de raconter aux moutons l’histoire de Jésus qui pardonne à Zachée. Mais pour eux, il n’est pas question de pardonner : « Quoi ? Jésus est allé chez ce publicain ? ce voleur ? ». Pour eux, Zachée ne le mérite pas. Il faut tourner la page et le rayer de la liste. Jésus, lui, va chercher et sauver ce qui était perdu. Jésus est prêt à me pardonner ce que j’ai pu faire de mal, dans la mesure où il me demande de pardonner aussi à ma mesure. Dans la prière du « Notre Père », on dit pardonne-nous nos offenses COMME nous pardonnons aussi ».

Comme cet homme ? Dans cette parabole, Dieu était prêt à remettre la dette immense de cet homme dans la mesure où celui-ci remettait aussi, à un autre, la dette qu’il lui devait.

Et moi,

suis-je rancunier ? Est-ce que je me jette sur les défauts de quelqu’un pour l’étrangler sans lui laisser aucune chance, aucune explication ? Est-ce que Dieu n’aurait pas raison de m’en vouloir infiniment plus et de m’étrangler beaucoup plus ?

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *