Le bon samaritain  (Luc 10,29-37)

Dans la Bible,

Jésus raconte l’histoire d’un homme qui descend de Jérusalem à Jéricho. C’est une route d’au moins 30 km, qui est escarpée. Il y a plus de 1000 m de dénivelé ente Jérusalem et Jéricho et comme elle est assez risquée, il y a des bandits qui rôdent. Ils voient cet homme, l’attaquent, le dépouillent et le laissent sur place, à demi-mort. Arrive un prêtre qui le voit à distance, et qui fait un détour (s’il le touchait, il contracterait une impureté rituelle et ne pourrait plus servir Dieu tant qu’il ne se serait pas purifié). Ensuite, il y a un lévite (quelqu’un de bien) qui passe et qui fait aussi un détour pour ne pas l’aider. Arrive enfin une troisième personne, un Samaritain, un habitant de Samarie, un ennemi. Il voit l’homme, il est saisi de pitié, le charge sur sa monture et marche à côté. Arrivé à l’hôtel, il paye deux deniers à l’aubergiste (c’est le prix de deux jours de travail. Pour nous, ce serait environ 100 €) et dit à l’aubergiste de prendre soin du blessé et que s’il fallait payer plus, il le payerait à son retour.

Jésus utilise cette parabole pour montrer que « le gentil » n’est pas forcément celui qu’on imagine, mais celui qui agit en actes.

Dans la BD,

On voit le lapin sauter de son âne à la 4ème case de la page 15 (dans le coin en-haut à droite)

GAT15-04-LapinbleuIl illustre le moment de l’histoire où la brebis arrive en Samarie et voit un Juif rejeté par les Samaritains. Cette brebis agit comme le prêtre et le lévite. Elle fuit à reculons (case 6)

GAT15-06-Lapinbleu

et à toutes jambes (case 7).

GAT15-07-Lapinbleu

Par contre, ceux qui ont de bons yeux arriveront à voir un « bon samaritain » sous la forme d’un escargot qui fait « pin pon » avec sa mallette de secours (case 6). Si on a raté une occasion, on peut porter un secours lent, ce sera toujours mieux que pas de secours du tout.

 

Et moi,

quand est-ce que j’ai été surpris par un « bon samaritain » dans ma vie ?

Quand est-ce que ceux que je croyais être mes amis m’ont finalement laissé tomber et que quelqu’un d’autre, que je n’aurais jamais imaginé, est venu à mon secours ?

Et pour ma part, ai-je été le bon samaritain de quelqu’un ? Qui ? Quand ?

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.