Année B  – Assomption 

Apocalypse 11,19…12,10

 Psaume 45

 1 Corinthiens 15,20-27

 Lc 1,39-56

Lapinbleu679C-Ap12_4.jpg

 

Pour aller plus loin

Détails :

-Le dragon, c’est le diable. Le lapin, c’est le Christ qui vient de naître (on le reconnaît à son auréole dans laquelle on voit la croix)

-Le Christ « mènera les nations avec un sceptre de fer » ; sur le dessin, c’est son hochet, en forme de croix de fer, avec lequel il terrasse le dragon en lui en mettant « plein la vue ».

-Il le tient par la corne (dans la Bible, la corne est symbole de puissance), ça veut dire que Jésus maîtrise le diable. Ils ne sont pas égaux.

-Le dragon a beau être plus grand, plus impressionnant, c’est le Christ qui est vainqueur.

-Questions

-Aujourd’hui, nous fêtons l’Assomption de Marie qui « est élevée corps et âme dans la gloire de Dieu ». C’est cela l’ « Assomption ».

-A travers cette fête, c’est toute la Résurrection de la chair qui est mise en valeur, puisque nous sommes appelés à ressusciter comme elle, avec notre corps et notre âme.

Pour approfondir

Voici quelques passages du YOU CAT sur le sujet. Méditons l’un de ces points.

N°153 Pourquoi croyons-nous en la Résurrection de la « chair » ?

Dieu ne sauve pas que l’esprit de l’homme, il sauve la personne toute entière (avec son corps et son âme). Nous serons transformés et nous sentirons cependant dans « notre élément »

N°154 Que devenons-nous quand nous mourons ?

A la mort, le corps et l’âme sont séparés. Le corps se décompose tandis que l’âme va à la rencontre de Dieu et attend qu’elle soit au dernier jour de nouveau réunie au corps ressuscité. Quand nous voyons un oignon de tulipe, nous ne pouvons pas savoir quelle fleur magnifique il va développer.

N°155 Si nous croyons en lui, comment le Christ nous aidera t-il lors de notre mort ?

Il vient à notre rencontre et nous conduit à la vie éternelle. « Ce n’est pas la mort qui viendra me chercher, c’est le Bon Dieu » (Sainte Thérèse de l’ Enfant Jésus). En contemplant les souffrances et la mort de Jésus, le passage de la mort peut être plus facile. Dire « oui », comme Jésus au mont des oliviers est appelé « offrande spirituelle ». Celui qui meurt ne tombe pas dans le néant, mais rentre à la maison.

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *